Synopsis

          Une femme tricote en fredonnant « en cloque ». Elle attend… la naissance de son enfant. Mais lorsque celui-ci arrive dans sa vie, elle ne se sent pas prête à partager ses petits bonheurs. Il s’appelle Alone. Il grandit seul et isolé pendant que sa mère se décarcasse pour se faire plaisir.

 

          Un jour, face à l’indifférence de sa mère, il décide de partir. Il construit alors ce qu’il croit être son bonheur en détruisant ce qui l’entoure. Toujours seul et dans la démesure.  Prendra-t-il conscience de ses actes pour faire machine arrière? Et cela est-il encore possible? 

 

Note de  Création

          La création est née de plusieurs ateliers de théâtre d’ombre dans lesquels avaient été traités un conte japonais « L’Arbre reconnaissant, Grund ». Celui-ci avait été relié à une écriture originale qui évoquait le déracinement et l’arrivée de la protagoniste Hanako dans un village où la vie est difficile. En effet, le lieu où elle habitait auparavant a été détruit par la démesure de l’Homme.

 

          Après avoir testé plusieurs techniques de manipulation pour ce texte, seule l’écriture originale a été conservée pour une création d’environ 20 minutes jouant sur un écran de 3 mètres où des fenêtres ouvertes permettent de matérialiser différents espaces et de jouer avec les échelles (ombres de silhouettes découpées, décors ciselés et ombres corporelles). Cette création intitulé « J’ai Faim » se focalise sur le thème de la démesure, de la destruction et d’une difficile reconstruction.

 

          Elle est présentée en amont de sessions d’ateliers dans des institutions comme des écoles, des IME, permettant une découverte du théâtre d’ombre pour les participants.

 

        J’ai alors voulu créer un passé à cet homme Alone qui apparaît comme un ogre gourmand et égoïste. Mais pourquoi est-il ainsi ? Qu’a-t-il eu comme « modèle » ? Comment a-t-il évolué pour se construire dans la destruction ? C’est ce qui a donné naissance à cette nouvelle création toujours intitulée « J’ai Faim » mais dont le texte s’est étoffé.

 

 

          Elle porte avec elle les thèmes mentionnés qui me tiennent à cœur et qui sont au cœur de l’humain et de la société.